Actualités

Une évolution du marché immobilier résidentiel très disparate au 1er trimestre 2013

UNE ÉVOLUTION DU MARCHÉ IMMOBILIER RÉSIDENTIEL TRÈS DISPARATE AU 1ER TRIMESTRE 2013 SELON L’ANALYSE DE CRÉDIT FONCIER IMMOBILIER

Des volumes de crédit immobilier en baisse

En dépit de taux d’intérêt historiquement bas -les taux de crédit immobilier ont poursuivi leur baisse pour atteindre fin mars un taux moyen de 2,97 %- le volume de nouveaux crédits immobiliers accuse un nouveau repli (-11 %) au 1er trimestre 2013. Le volume des crédits à l’habitat avait déjà diminué de 26 % en 2012.

Marché de l’ancien, une évolution des prix plus que jamais différentiée

Selon les prévisions de Crédit Foncier Immobilier pour 2013, le volume de transactions dans l’ancien devrait s’élever à 630 000, soit une baisse de 11 % par rapport à 2012. Cette baisse s’explique par un fort attentisme des ménages nourri par les inquiétudes sur la situation économique.

Pour autant, la diminution du volume de transactions ne se traduit pas forcément par une baisse des prix. L’évolution de ces derniers est, en effet, très disparate :

  • Tant en Île-de-France qu’en province, les prix se maintiennent dans les centres-villes, voire progressent, lorsqu’ils se stabilisent ou s’ajustent à la baisse dans les secteurs périphériques éloignés des agglomérations.
  • A Paris, où globalement les prix de l’ancien stagnent sur un an, la moitié des arrondissements affiche une baisse (de 0,4 % à 11,5 %), lorsque l’autre moitié est en légère hausse (entre 0 et + 2 %).

Cette disparité des prix de l’ancien devrait perdurer dans les mois à venir :

  • Sur les marchés où l’offre est inférieure à la demande, comme à Paris et dans les centres des grandes métropoles régionales, les prix resteront sous tension.
  • Ailleurs, l’exigence des acheteurs devrait encore augmenter, se traduisant par une sélectivité accrue des biens et un accroissement des marges de négociation.

Marché du neuf, un marché en repli

Face aux incertitudes économiques, les niveaux de précommercialisation des programmes de promotion nécessaires avant l’ouverture effective des chantiers, déjà relevés depuis quelques mois, sont plus difficiles à atteindre. Ainsi, le premier trimestre 2013 accuse-t-il encore une baisse supérieure à 15 %                  (en variation annuelle) des mises en chantier de logements commencés, tandis que la baisse du nombre de permis de construire délivrés est plus modérée (- 6,2 %).

Sur le plan de la commercialisation, alors que les ventes étaient en net repli fin 2012, le 1ertrimestre 2013 affiche une baisse limitée à 3,6 %, pour les appartements, par rapport à la même période de référence de 2012, et une légère progression pour les maisons.

Pour l’avenir, même si les prix du neuf sont à des niveaux élevés, les professionnels peinent à revoir leurs grilles de commercialisation, du fait des charges foncières qui pèsent sur les prix de sortie et des coûts de construction

Pour aller plus loin….

Marché de l’ancien

Des volumes de transactions en baisse au 1er trimestre 2013

CP_2013-06-26_ill-1

Les prix font de la résistance au 1er trimestre 2013

CP_2013-06-26_ill-2

Le nombre de transactions devrait encore baisser en 2013 pour atteindre les 630 000 en 2013 (Etudes CFI)

CP_2013-06-26_ill-3

Marché du neuf

Des mises en chantier en forte baisse

CP_2013-06-26_ill-4

Une baisse contenue des volumes de vente au 1er trimestre 2013

CP_2013-06-26_ill-5

Le volume de construction devrait encore baisser en 2013 (Etudes CFI)

CP_2013-06-26_ill-6

A propos du Crédit Foncier

(…)

Une évolution du marché immobilier résidentiel très disparate au 1er trimestre 2013 selon l’analyse de Crédit Foncier Immobilier « « Crédit Foncier – La première banque de l’immobilier Crédit Foncier – La première banque de l’immobilier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *