Surendettement : de nouvelles tendances…

Publié le Publié dans Actualités

 

Selon une étude typologique de la Banque de France, les seniors et les propriétaires sont de plus en plus concernés par le surendettement. Cependant, le profil-type du surendetté en France reste celui d’un locataire âgé de 35 à 54 ans et avec un endettement moyen de 36.800 euros.

En 2011, 202.874 dossiers ont été déclarés recevables par les commissions de surendettement. Ce 18 février, la Banque de France a analysé chacun de ces dossiers et le premier constat est que le profil des ménages surendettés ne connaît pas de gros changements. Cependant, de nouvelles tendances semblent se dessiner.

Les seniors représentent une part de plus en plus importante des surendettés en France. Dans 23,6% des cas, les surendettés sont âgés de 55 ans et plus et les 65 ans et plus représentent 8,4% des surendettés en 2011 contre seulement 4,3% dix ans plus tôt. A l’inverse, la part des surendettés des moins de 25 ans s’est infléchie passant de 5% en 2001 à seulement 2,9% en 2011. Ce sont les 35-54 ans qui sont le plus touchés par le surendettement : ils représentent 53,3% des ménages ayant déposé un dossier recevable en 2011.

Les emprunts immobiliers de plus en plus présents dans les dossiers

En 2011, les locataires représentent 78,6% des surendettés contre 80% en 2010. Par ricochet, la proportion augmente chez les propriétaires et propriétaires accédants qui représentent désormais 9,3% des dossiers contre 7,5% en 2010. Cette variation « doit […] être rapprochée de l’évolution des pratiques des commissions de surendettement qui, dans le prolongement de l’orientation donnée en la matière par la loi Lagarde, apprécient de manière plus large la recevabilité des dossiers dans lesquels un bien immobilier est recensé » explique la Banque de France dans son rapport. Mais ces chiffres peuvent également traduire des difficultés financières plus importantes pour les propriétaires ou personnes accédant à la propriété.

La part des propriétaires parmi les personnes surendettées augmentant, le montant de l’endettement moyen est également en hausse. En effet, l’endettement moyen est de 36.800 euros par dossier en 2011 alors qu’il était de 34.460 euros en 2010. Selon le rapport de la Banque de France, cette augmentation est essentiellement due à l’augmentation de l’endettement immobilier « dont les montants [sont] naturellement plus élevés ».

Si cette tendance doit perdurer, cela signifierait que la propriété immobilière « protégerait » de moins en moins face aux aléas (chômage, divorce, maladie, handicap,etc…). La nécessité à venir serait donc de protéger dès l’achat immobilier le parcours « budgétaire  » des acquéreurs. Les intermédiaires en opérations de banques ont une carte à jouer de part leur professionnalisme et la diversité des outils en leurs possessions pour mieux conseiller les acquéreurs que les banquiers. En effet, ces derniers ne conseillent qu’en fonction des intérêts de leur « marque » et malheureusement cela entraîne parfois un conseil détérioré!!