Actualités

Les députés se penchent sur l’explosion du coût des nouveaux logements, Actualités

<btn_impr style= »color: rgb(59, 58, 58); font-family: Arial, Verdana, sans-serif; font-size: 14px; line-height: normal; background-color: rgb(255, 255, 255); »>

Les députés se penchent sur l’explosion du coût des nouveaux logements

<btn_impr style= »color: rgb(59, 58, 58); font-family: Arial, Verdana, sans-serif; font-size: 14px; line-height: normal; background-color: rgb(255, 255, 255); »>

Un colloque parlementaire a débattu, hier, des moyens de créer de nouveaux logements et de réduire leur coût.
La demande solvable chute, les particuliers ne peuvent plus suivre.

Les députés se penchent sur l'explosion du coût des nouveaux logements

Trouver des moyens pour construire de nouveaux logements mobilise depuis une semaine les politiques. Après le plan d’urgence annoncé la semaine dernière parFrançois Hollande, députés et sénateurs de tout bord se sont réunis hier pour débattre lors d’un colloque parlementaire sur les leviers pouvant stopper la crise du logement. Avec un constat : la demande solvable chute. « En France, depuis dix ans, le coût de construction d’un logement neuf a augmenté deux fois plus vite que les salaires ! a rappelé Olivier Carré, député UMP du Loiret. Le coût de la main-d’oeuvre n’est pas le seul problème : les normes se multiplient, le poste assurances et contrôles a explosé pour atteindre 10 % du prix de revient d’un logement, etc. » C’est un problème pour les acheteurs individuels, mais aussi pour le monde HLM, qui peine à financer ses programmes.

Pour l’y aider, le plan d’urgence ramène le taux de TVA sur les constructions de HLM de 7 % aujourd’hui à 5 % en 2014. « Cela bénéficiera aux promoteurs, car les bailleurs sociaux leur achètent au total 25 % de leurs nouveaux logements HLM », a souligné le président de la Fédération des promoteurs immobiliers, François Payelle. Mais la portée de la mesure a aussi été relativisée. « Le prix de revient moyen d’un logement HLM est d’environ 100.000 euros et un gain de 2 % de TVA va représenter, dans les faits, un avantage de 1.500 à 2.000 euros par logement, a calculé Olivier Carré. On est loin des 6.000 euros calculés par Bercy sur des hypothèses maximales de TVA. » L’impact de cette mesure reste donc à mesurer.

17 euros le mètre carré

Le plan d’urgence prévoit aussi la construction cette année par la SNI, filiale immobilière de la Caisse des Dépôts, de 10.000 logements locatifs intermédiaires, qui ont un loyer inférieur au marché, de l’ordre par exemple de 17 euros le mètre carré en Ile-de-France. Le groupe présidé par André Yché avait, jusqu’à cette annonce, un objectif de 7.000 logements cette année (2.500 intermédiaires et 4.500 HLM). De 2009 à 2012, il était déjà monté, à la demande de Nicolas Sarkozy, à 30.000 logements en trois ans (dont 60 % de HLM). Pour les financer, la SNI avait vendu 15.000 logements de son parc et avait été exonérée de versement de dividendes.

Pour acheter, cette année, 10.000 logements intermédiaires aux promoteurs , « il faut 1,8 milliard d’euros, dont 750 millions de fonds propres, soit 500 millions de plus qu’aujourd’hui », estime André Yché. Des moyens ponctuels peuvent être réunis. Mais si l’objectif est de construire durablement davantage de logements intermédiaires, « il faudrait une TVA de 10 %, une exonération de la taxe foncière sur le bâti et que les assureurs-vie investissent dans le secteur », estime-t-il. Problème : le retour des assureurs est un chantier en cours (lire cidessous) mais loin d’être abouti et le volet fiscal n’est pas d’actualité.

Myriam Chauvot

 

Les députés se penchent sur l’explosion du coût des nouveaux logements, Actualités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *