Les coopératives d’artisans voient la vie en rose – Batiactu

Publié le Publié dans Actualités
artisans chantier

Les coopératives d’artisans voient la vie en rose

Des résultats à faire pâlir d’envie, des perspectives plus qu’encourageantes, des créations d’emplois en vue, des chiffres d’affaires sans cesse en hausse… N’en jetez plus, les adhérents de la Fédération française des artisans coopérateurs du bâtiment se portent bien et n’ont pas peur de le dire ! Anne-Marie Becker, Secrétaire générale, nous dévoile les secrets de la réussite de ce réseau.

« Je ne vais pas vous dire que ça va mal alors que tout va bien ! « , nous confie Anne-Marie Becker, secrétaire générale de la Fédération française des artisans coopérateurs du bâtiment (FFACB), qui fête ses 25 ans cette année. Afficher le sourire alors que, pour la plupart des professionnels du secteur, la période actuelle rime avec inquiétude et morosité, ça peut paraître arrogant mais surtout courageux…

Chiffres à l’appui, la FFACB fait ainsi preuve d’une santé de fer. En 2012, les 130 coopératives ou groupements adhérents (2.600 entreprises) ont réalisé un chiffre d’affaires de 183 M€ : soit 122 M€ dans le cadre du Contrat maison individuelle (CMI), ce qui représente 772 maisons réalisées l’an dernier ; et 61 M€ pour les rénovations, marchés publics et travaux divers. « Des chiffres qui font de notre fédération le premier constructeur de l’Artisanat« , s’exclame Dominique Picoron, Président de la FFACB, dans un communiqué. Lui-même parlait, l’an dernier, de la coopérative comme « amortisseur de crise« . Et ce dynamisme semble se poursuivre en ce début d’année, puisque la fédération a enregistré une hausse de 28% des ventes de maisons individuelles depuis le 1er janvier 2013, en comparaison aux deux premiers mois de 2012.

Toujours un coup d’avance
« La RT 2012 n’a aucunement été un frein pour nos adhérents, souligne Anne-Marie Becker. Car nous dispensons des formations BBC depuis au moins cinq ans. Ainsi, beaucoup de coopératives sont déjà au fait depuis longtemps et n’ont donc pas rencontré de difficulté à l’approche de l’entrée en vigueur de la réglementation« . Et d’expliquer : « Je crois que lorsqu’on est en coopérative, on a déjà une réflexion intellectuelle différente. On pense en groupe, on anticipe davantage. Pour preuve, on travaille déjà sur 2014 et après, et plus particulièrement sur le Reconnu Grenelle de l’environnement et la notion d’éco-conditionnalité. On n’attend pas la date butoir« .

Côté rénovation énergétique, le créneau n’est pas encore porteur pour les adhérents de la FFACB. « Mais nous avons des demandes de création spécifique dans ce domaine, et nous adaptons donc aux évolutions du marché« , précise Anne-Marie Becker. Et d’ajouter : « C’est notre force, nous sommes passés de professionnels solitaires à professionnels solidaires !« .

Recrutement tout azimuth
Preuve encore de la bonne santé de la FFACB, c’est la croissance continue des demandes d’adhésion. « Nous enregistrons de 2 à 3 sollicitations de création de coopératives chaque semaine« , se réjouit la secrétaire générale de la Fédération. Et elle avoue même que le réel souci en ce moment, c’est la pénurie de personnel. Ce qui n’empêche pas l’organisation de compter entre 800 et 1.000 emplois de plus chaque année, et ce depuis 2003. « Nos artisans ont tous du travail, parfois ils doivent même refuser des clients. Leur force ? La proximité« , déclare-t-elle.


Quant aux perspectives, elles s’annoncent logiquement encourageantes. Ce que confirme, avec force modestie, Anne-Marie Becker : « 2013 sera dans la lignée des années précédentes, qui n’ont connu aucun licenciement. Même au sein de la fédération, nous recrutons !« .
Carine Lauga (20/03/2013)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les coopératives d’artisans voient la vie en rose – Batiactu.