Actualités

Le bilan gris de la levée de capitaux des FIP et FCPI en 2012

Le bilan gris de la levée de capitaux des FIP et FCPI en 2012

Le bilan gris de la levée de capitaux des FIP et FCPI en 2012

Le bilan gris de la levée de capitaux des FIP et FCPI en 2012

L’Association française de la gestion financière (AFG) et l’Association française des investisseurs pour la croissance (Afic) ont publié, mercredi 13 février, les résultats de leur enquête annuelle sur la levée de capitaux réalisée en 2012 par les fonds d’investissement de proximité (FIP) et les fonds communs de placement dans l’innovation (FCPI).

Collecte en baisse de 15 %.
L’enquête de l’Afic et de l’AFG dévoile qu’un total de 646 millions d’euros a été levé par les FIP et les FCPI en 2012, en baisse de 15 % par rapport à 2011 (757 millions d’euros). L’essentiel des capitaux (97 %, soit 628 millions d’euros) ont été collectés via83 nouveaux fonds créés en 2012 (44 FIP, 39 FCPI), les 3 % restants provenant des fonds constitués les années précédentes.
Le nombre de souscripteurs suit la même évolution. Ils ont été 83.000 en 2012, en baisse sensible par rapport aux années précédentes puisqu’ils étaient 91.000 en 2011, et même 145.000 en 2008.

Les FIP IR résistent le mieux.
Au titre du millésime 2012, les fonds offrant une réduction à l’impôt sur le revenu (IR) ont levé 362 millions d’euros, en diminution de 16,3 % par rapport à 2011, alors qu’en 2012 la réduction d’impôt dont bénéficient les souscripteurs de ces produits a été ramenée à 18 %, après être passée de 25 à 22 % l’année précédente.
Les fonds concernant l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) ont eux aussi enregistré une baisse (-12 % par rapport à 2011), avec une collecte de 266 millions d’euros.
Par catégorie de produits, alors qu’en 2011 les niveaux de collecte des FIP et des FCPI étaient comparables (respectivement 378 et 358 millions d’euros), en 2012, les FCPI ont enregistré un net recul (286 millions d’euros levés) alors que les FIP ont mieux résisté malgré une diminution de nombre de ces véhicules de 59 à 44.

Faible niveau de capitaux disponibles.
Parallèlement, l’Afic a publié au début du mois les résultats d’une étude, menée pour la première fois, sur la part de capitaux restant disponibles dans le capital-investissement. Il ressort de cette étude qu’au 1er janvier 2013, 40 % des sociétés d’investissement françaises disposent de moins de 19 % des fonds qu’elles gèrent pour investir dans de nouvelles entreprises. Sur cette population, cette réserve disponible n’est en moyenne que de 9 % seulement de leurs fonds sous gestion. L’Afic estime que « cet épuisement de leurs réserves disponibles les met en incapacité de poursuivre normalement leur fonction d’alimentation des entreprises en fonds propres ».
L’étude met en évidence une seconde population de 40 % des équipes d’investissement françaises qui, sans être dans une situation aussi critique que les précédentes, n’ont plus en moyenne que 30 % de leurs fonds disponibles pour investir dans de nouvelles entreprises.
Enfin, la dernière population de 20 % des équipes dispose en moyenne de 58 % de fonds disponibles. Pour l’Afic, cette étude vient confirmer la tendance de forte baisse des capitaux alloués au capital-investissement à destination des entreprises non cotées, passant de 10 milliards d’euros avant 2008 à 6,4 milliards en 2011.

L’étude Afic-AFG est disponible sur les sites www.afg.asso.fr etwww.afic.asso.fr.

 

Le bilan gris de la levée de capitaux des FIP et FCPI en 2012.