Fondation Abbé Pierre:18e rapport sur l’État du mal-logement

Publié le Publié dans Actualités

Fondation Abbé Pierre:18e rapport sur l’État du mal-logement

 

La politique du logement est confrontée à de nouveaux défis. Elle doit faire face à la dégradation de

la situation socio-économique et à l’intensification

des difficultés de logement tout en redéfinissant

son ambition et ses orientations pour redonner espoir à ceux qui sont confrontés au mal-logement.

Certaines mesures adoptées par le nouveau gouvernement s’inscrivent dans ce sens. Mais il reste à

trouver l’articulation entre les mesures d’urgence,

pour éviter les basculements et protéger les plus

faibles, et les mesures structurelles pour satisfaire

l’ensemble des besoins et limiter pour cela l’emprise du marché sur le logement. De ce point de

vue, l’année 2013 sera déterminante pour donner à

la politique du logement les orientations nouvelles

nécessaires à l’instauration d’un véritable système

de protection sociale du logement et pour assurer une meilleure équité qui prenne en compte la

diversité du mal-logement selon les territoires et

garantisse l’exercice de la solidarité.

L’analyse fait apparaître un besoin de cohérence,

notamment entre la dimension sociale et la dimension économique et financière de la politique du

logement, mais aussi en matière de gouvernance

face au constat d’une dispersion des responsabilités. Une nouvelle étape de la décentralisation

devrait renforcer le choix du niveau intercommunal pour mettre en cohérence les approches

(habitat, urbanisme et sociale). Mais parallèlement, le rôle de l’État doit être affirmé et repensé. C’est à lui que revient la responsabilité de

mettre en œuvre le droit au logement et de créer

les conditions du développement d’une offre de

logement abordable, d’assurer sa pérennité, de

mettre en place les mécanismes de protection à

portée universelle et des dispositifs spécifiques

pour les plus démunis. C’est à lui de prévoir les

moyens financiers nécessaires quitte à mobiliser

des ressources complémentaires, issues notamment des marchés immobiliers qui ont bénéficié

de la hausse très rapide des prix du secteur. C’est

dans ce sens que la Fondation Abbé Pierre propose la création d’une « contribution de solidarité

urbaine », dans une logique de lutte contre la sé-

grégation territoriale et de péréquation à l’échelle

des bassins d’habitat en renforçant les capacités

financières des collectivités locales pour la production de logements à vocation sociale.

Tout doit être fait au niveau national et local pour

favoriser l’accès de tous à un logement et prévenir le risque de le perdre. Tout doit être fait pour

rendre effectifs les principes régulièrement affichés par le nouveau gouvernement, qu’il s’agisse

de l’accueil inconditionnel ou du principe de continuité dans l’hébergement, de l’opposabilité du

droit au logement ou plus largement de l’égalité

des territoires et de la solidarité nationale envers

les plus fragiles. Autant de principes fondamentaux qui doivent être placés par les responsables

politiques en tête des priorités pour redonner de

nouvelles perspectives à ceux qui sont les victimes, souvent silencieuses, d’une exclusion qui

s’enracine dans notre pays. La suite sur le lien ci-dessous.

Fondation Abbé Pierre | La Fondation vous présente son 18e rapport sur l’État du mal-logement.