Actualités

Eaux dangereuses sur les marchés

Eaux dangereuses sur les marchés

On prête à un ancien président de la Bundesbank, Karl Otto Pöhl, la paternité de la fameuse formule sur l’inflation, « une pâte dentifrice qu’il est plus facile de faire sortir du tube que de l’y faire rentrer ». Le malheur est qu’on pourrait bien en dire autant de la déflation, un mal que la crise de surendettement, que le monde développé tente de purger depuis 2007, porte dans ses flancs comme la nuée l’orage. Très conscientes du danger, largement illustré par le cas japonais, les principales banques centrales mondiales ont toutes pratiqué des politiques monétaires ultra-accommodantes pour conjurer la menace et favoriser la reprise économique. Elles sont même allées jusqu’à impulser diverses mesures non orthodoxes, les mieux adaptées à leur cas particulier, dont la nature exceptionnelle impliquait dès l’origine de n’y pas recourir indéfiniment. Si le pire a pu être évité partout, les limites, voire les dangers, de cet état d’urgence monétaire mondial apparaissent clairement. La réalité, c’est un monde aujourd’hui emporté vers la déflation tandis que se multiplient les bulles d’actifs promises à grossir de plus en plus vite à mesure que cet état se prolonge.

Aux Etats-Unis, Ben Bernanke a dû admettre la semaine dernière que l’écrasement des primes de risques qui résulte de la troisième phase de sa politique de « quantitative easing » était réel, tout en assurant qu’il fallait la maintenir tant que la reprise et l’emploi n’auraient pas fait assez de progrès. En Europe, la BCE doit constater que ses interventions en faveur des banques ne suffisent pas à assurer …

Eaux dangereuses sur les marchés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *