Actualités

Duflot & le logement : ça tangue!

Mme Duflot nous présente la loi « socialo-écologique » d’encadrement des loyers. Pas de hausse de loyer supérieure au niveau de l’index I.R.L…dont acte! Ne nous étendons pas sur une mesure qui sera modifiée sous peu…2013 nous dit la ministre!

Mais que dire de cette vision ou absence de vision de la part de l’état!!

Cette immixtion de l’état dans les relations libres du logement est une véritable caricature! Une doxa des relations entre acteurs du logement est ainsi imposée : le méchant propriétaire et le gentil locataire qui sont ennemis comme « Jean Valjean » hait les « Ténardiers »…mais « Cécile Duflot-Javers » veille au grain!

Cette vision naïve & moraliste de la société et de sa problématique du logement  est le contre-coups de balancier médiatique des 30 dernières années. Pourtant, Victor Hugo dans « Les Misérables » pourfendait déjà cet état  & ces lubies que symbolise à merveille le rôle de Javers.

Concrètement, le marché immobilier explose les compteurs de hausse des prix grâce à une raréfaction de l’offre. Le client final de ce marché (propriétaire occupant ou propriétaire bailleur ou locataire) est un pion facile à manier par sa peur de l’impôt, son envie d’avoir mieux que son voisin ou encore sa volonté opportune de rester locataire (par ex : ne pas posséder un bien en direct pour rester flexible sur le marché du travail).

Depuis des années, la politique nationale du logement est accaparée par la caste politico-immobilière (promoteurs privés & sociaux/constructeurs,etc…). Les arrangements entre amis y sont monnaies courantes et les politiques comme les acteurs du logement n’y trouvent rien à redire(cf scandale du 1% logement, scandale « apollonia » pour ne parler que des plus structurés et du plus récents!).

Le dernier bilan de « la cour des comptes » sur 10 ans de rénovation urbaine est assez accablant sur l’état de ce microcosme pour tenir là quelques indices de l’inefficacité étatique. Aussi inefficace que sûre d’elle même d’ailleurs!

La collecte d’impôt, le maintien d’emplois non-délocalisables, la valorisation des patrimoines des rentiers font que les hausses continues des prix et des volumes de vente sont du pain béni pour la croissance de notre PIB et la réélection permanentes des mêmes politiciens. Ainsi, « politique et lobby immobilier » avancent main dans la main sur le dos des acquéreurs de tous poils sus-nommés! Ils foncent vers le mur et tout droit qui plus est…

Et quand le mur se rapproche, on invite les banques à la fête en les priant de  rallonger les prêts des acquéreurs sur 25, puis 30, puis 35 et finalement 40 ans!!!

Mais aujourd’hui que le mur est à 10 centimètres devant nous, le principal défaut de cette consanguinité des plénipotentaires de tous poils s’occupant de la stratégie du logement est leur manque cruel d’une nouvelle vision!

Mme Duflot en reste donc à penser que la morale qui nous reste de l’inquisition suffira à pourfendre le vil propriétaire.

Mais alors, quid du promoteur qui a vu ses marges gonflés par les lois de son ami politique…Loi de défiscalisation qui permettent de vendre des logements neufs avec une surmarge de 25%! Quid du politique qui a vu sa réelection assurée par le dynamisme immobilier de sa ville… dynamisme survitaminé par des prêt à taux zéro et des pass fonciers à gogo!

In fine, ce sont nos impôts qui depuis plus de 15 ans, gonfle cette bulle immobilière qui va bien finir par éclater…faute de crédit accordé par nos banques!

Diviser les utilisateurs finaux du marché du logement que sont les locataires et les propriétaires bailleurs est une duperie de l’esprit qui médiatiquement passe bien dans notre société moraliste.  Mais n’oublions pas que le marché français est dopé depuis des décennies par l’injection massive de nos impôts…et avec l’accord de tous! Car personne ne veut voir une belle régulation du marché à l’anglaise ou à l’américaine. Alors que c’est bien le seul moyen de corriger les effets normaux d’un marché d’offre et de demande…

Mais pour être réélu, les politiques  ont besoin de ne pas se mettre à dos les électeurs. Pour cela, il suffit de faire plaisir…toujours et encore!!! Comme si l’arbitre lançait la pièce en l’air et qu’il s’arrange toujours pour qu’elle retombe sur la tranche…

En attendant, le « match » ne commence pas et ici le marché ne se régule pas, la bulle gonfle et l’éclatement approche…

Il nous faut dès maintenant des mesures innovantes qui sortent des habitudes du jeu permanent « face je gagne, pile tu perds » car celui qui perd constamment depuis plusieurs années, c’est l’utilisateur du marché du logement…

Les hommes politiques & les promoteurs, constructeurs, et autres acteurs immobiliers sont appelés à faire preuve d’innovation et de simplicité : laisser le marché se réguler par lui-même!

En désignant à la vindicte populaire le propriétaire bailleur, Cécile Duflot …coule à pic et nous annonce des lendemains qui déchantent : hausse des impôts et inefficacité des politiques du logement!